Améliorer l'harmonie familiale

4 conseils de Confucius pour améliorer l’harmonie familiale

Cet article sur l’harmonie familiale est proposé par Hélène, du blog Eduquer Avec Sagesse. Co-fondatrice de l’Ecole Lotus Sacré pour le Renaissance de la culture traditionnelle chinoise, Hélène puise dans cette civilisation des trésors de sagesse pour éduquer nos enfants aujourd’hui.


Cet article liste 4 clefs de l’harmonie familiale. Des principes intemporels aussi simples qu’efficaces pour amener les enfants à dépasser eux-mêmes les obstacles du quotidien et construire de meilleures relations avec leurs proches. Ils sont tirés d’un livre qui a inspiré des générations de Chinois pendant des siècles pour permettre l’épanouissement des enfants dans un cadre ferme et bienveillant à la fois.

C’était comment pour vous ?

Quand je me suis retrouvée maman, je n’avais pas été briefée à ce qui m’attendait.

Pas de période de formation, ni de période d’essai. Direct dans le grand bain.

J’ai bu la tasse. Je me suis épuisée. J’ai failli abandonner. Parfois je restais longtemps en apnée. Mais la nature étant bien faite, j’ai fini par savoir nager. Sans coach. Sur le tas. À la dure.

Avec le recul, en grandissant à 4, parents et enfants, on a fini par s’en tirer plutôt pas mal. La vie familiale est notre source principale de bonheur quotidien. Je n’aurais jamais osé en rêver. Mais sans ma passion pour la sagesse chinoise et tout ce que j’ai pu y dénicher, je pense qu’il y aurait eu quelques dégâts collatéraux.

Temple indou

Tout a commencé alors que je rentrais d’une colonie de vacances dans les Pyrénées avec mes collègues de l’Ecole Lotus Sacré. Dans le train au retour, j’ai longtemps échangé avec une amie chinoise qui a mentionné un livre inspiré de Confucius pour éduquer les enfants. Dizigui. Mon sang n’a fait qu’un tour. Intuitivement, je savais que je tenais là une pépite. Il fallait que je creuse la piste. Et je ne me suis pas trompée.

Aussitôt de retour, avec les enfants, nous avons lu ensemble la liste illustrée des principes de ce fameux livre Dizigui. Je n’en revenais pas : au bout de 30 minutes de lecture, ils avaient complètement changé de comportement. Bon, pour être honnête, ça a duré 1 heure ou 2 et puis le ballon de baudruche s’est dégonflé…

Mais cette courte expérience m’a confirmé l’importance d’exposer nos enfants à des lectures bien choisies afin qu’elles puissent avoir un impact bénéfique sur leur comportement et sur l’harmonie familiale.

L’idée ne m’a plus quittée, elle m’a amenée à construire une bibliothèque de classiques par tranche d’âge. Je la garde bien au chaud pour l’instant car elle fait partie d’un projet plus grand qui murit, mais vous pouvez vous inscrire ici pour être averti en premier dès qu’elle sera publiée.

Et puis cela me donne la chance fabuleuse ici de contribuer au blog d’Antoine afin de partager avec vous les bienfaits que peut apporter à votre famille la culture traditionnelle chinoise.

Enfin, soyons fou, j’espère qu’après cet article nous resterons en contact. Pour ceci, comme disent les Anglais, « Stay tuned » jusqu’à la fin de l’article et inscrivez-vous pour recevoir la fiche pratique qui vous aidera à ne pas oublier et, surtout, à mettre en pratique ces pépites du sage Confucius.

Vous êtes prêts ?

Tout d’abord, je devance vos remarques. Après les avoir lus, vous pourriez dire « trop naïfs » ou « trop simples ». Ou encore « inadaptés à notre époque » ?

Alors, bien sûr ne les faites pas lire, en premier, à un ado. Mettez toutes les chances de votre côté. Et puis je n’ai pas envie que vous me détestiez… On vient seulement de faire connaissance. Je vous conseille de commencer par les plus jeunes. Plus tôt ils entendront ces conseils, plus tôt les pépites pourront prendre effet, et plus la famille en récoltera les fruits. Moi, j’ai commencé quand mes enfants avaient 7 et 9 ans à une époque où ils me donnaient du fil à retordre. Et, avec cette même fermeté bienveillante conseillée par le blog d’Antoine, ça a très bien fonctionné. D’ailleurs, ça continue à fonctionner alors qu’ils ont maintenant 9 et 11 ans.

Le propre d’un sage tel que Confucius est que ses conseils traversent les âges et les frontières sans prendre une ride. Imaginez, il a vécu 9 siècles avant le début de notre Moyen âge ! Pourtant son nom évoque en chacun de nous une sagesse inspirante. Son héritage est universel et intemporel, sinon comment son nom aurait-il pu traverser les siècles et rayonner littéralement dans le monde entier ?

1/ « Les grands frères et grandes sœurs doivent [être bienveillants envers] leurs petits frères et petites sœurs, ces derniers doivent en retour respecter leurs aînés. »

Harmonie familiale entre deux frères

Comment vous sentez vous quand vos enfants se disputent ? Moi, ça m’électrise. Au point d’être à des années lumières de l’état de bienveillance nécessaire pour leur en inspirer un peu l’un envers l’autre… Alors, oui, dans ces cas-là, il faut apprendre à faire un pas en arrière, ne pas agir sous l’effet de la colère, se calmer avant d’intervenir. Mais comment faites-vous, par exemple, s’ils sont en danger ? Ou bien s’ils hurlent si fort que ça dérange le papa en plein appel téléphonique avec un gros client ou la tante grincheuse qui fait la sieste…

Comment expliquer au petit frère qu’arracher une poignée de cheveux à sa sœur ou lui balancer à la tête un crayon à travers la pièce n’est pas la seule solution et qu’une merveilleuse palette d’alternatives s’offrent à lui…

Cela dit, je comprends très bien ces sentiments violents. La tentation d’autoritarisme de la grande sœur a le don de hérisser le cadet. Je suis passée par là,… je ne vous dirai pas dans quelle décennie,… mais plutôt dans le rôle de la grande sœur qui persécute sa cadette….

Par contre, après avoir pu constater à 2 reprises que mon fils était très doué pour viser la tête de sa sœur même d’un bout à l’autre d’une pièce… j’ai compris qu’il allait falloir trouver un remède imparable pour éviter qu’il développe ainsi son talent d’archer.

Mais quel remède ? Lui expliquer très solennellement que sa sœur aurait pu perdre un œil n’avait pas suffi à le dissuader de recommencer.

Et quand la grande ne sait plus comment dire au petit, un peu trop pressant, qu’elle veut être tranquille, elle perd soudain toute once d’amour fraternel. Son petit chouchou d’il y a 10 minutes devient son pire ennemi.

Comment lui expliquer que, pour apaiser cette émotion impérieuse, il y a d’autres solutions que celle de prendre plaisir à voir hurler son petit frère enfermé dehors, « pour lui donner une bonne leçon » ?

Quand j’ai entendu ce principe de Dizigui la première fois, je me suis presque dit « Eureka, j’ai trouvé ! ».

Une fois la tempête passée, en lui expliquant qu’une grande sœur se positionne comme aimante et responsable, protectrice du plus petit, j’ai senti que ça avait fait « tilt » en elle. Quelque chose a changé ensuite.

Bien sûr, j’ai eu d’autres occasions d’être témoin de mésententes plus ou moins vigoureuses et de courses poursuites dans l’escalier mais le simple fait de leur rappeler ce principe a souvent suffi à baisser l’intensité de l’accrochage.

Le simple fait de les repositionner chacun dans un rôle mutuellement bienfaisant finit par les changer en profondeur.

Inversement, en partant de là, si l’aîné joue ce rôle protecteur, le cadet a beaucoup plus de facilité à le respecter.

2/ « Vos parents vous appellent, ne traînez pas à répondre. »

Petite fille courant dans la nature

Ça ne vous agace pas, vous, d’appeler 6 fois les enfants pour mettre la table ou venir manger… Ces petites choses vous minent à petit feu, parce qu’elle se répètent, chaque jour, chaque semaine, chaque mois… elles fragilisent l’harmonie familiale.

Quand je suis de bonne humeur, ça passe, je peux même pousser la grandeur d’âme jusqu’à aller patiemment les chercher, avec l’humour en plus, histoire de passer le message avec légèreté … mais sinon, le ton monte vite et je passe vite « en mode » autoritaire. Ça marche. Mais ce n’est pas l’idéal parce que ça m’épuise aussi… et ça leur donne la fausse impression qu’ils ont de la marge pour traîner tant que je n’ai pas monté le ton.

Grâce au lâcher prise que je pratique dans ma méthode de Qigong Falun Dafa, j’ai fini par apprendre à laisser courir. Ne plus perdre une miette d’énergie à répéter jusqu’à exécution. Par contre à la première occasion, je n’oublie pas de leur rappeler cette pépite de Dizigui : « Vos parents vous appellent, ne traînez pas à répondre. » Tu te souviens ?

Et la pépite fait effet peu à peu comme une potion magique à effet doux et lent.

Je pourrais même parler de magie parce que l’on arrive maintenant à un point où ce sont eux qui battent le rappel pour les repas …

Je ne vous dirai pas que ce sont même eux qui font le repas, parce que vous ne me croiriez pas, alors j’arrête là 😉

3/ « Avant d’utiliser les affaires de quelqu’un, demander clairement. Si l’on ne demande pas, cela s’appelle voler. Quand on emprunte quelque chose, il faut le rendre à temps. Si quelqu’un veut vous emprunter quelque chose, soyez généreux. »

Enfant prenant une photo

N’est-ce pas la cause principale des disputes chez vous ?

Je me souviendrai toujours de la fois où, le plus simplement du monde, j’ai pris un T-shirt d’une de mes proches pour en couper les manches et en faire une tenue à mon goût. Malgré sa tolérance affectueuse naturelle, je pense qu’elle m’en veut encore aujourd’hui…. Elle n’a jamais compris que l’idée ait pu, ne serait ce que me traverser l’esprit, sans parler de le faire avec aplomb et sans gêne apparente…

En quatre phrases, l’enfant dispose ici des règles essentielles pour emprunter et prêter sans créer de problèmes, ni se faire d’ennemis. Toute sa vie. Car la règle du jeu vaut pour les enfants comme pour les adultes…

4/ « Faire du mal sans le faire exprès, c’est faire une erreur. Si l’on corrige ce que l’on a mal fait, c’est comme si ça ne s’était pas passé. Si on le cache, alors on aggrave la situation. »

En découvrant Dizigui à l’âge adulte, j’ai regretté de ne pas y avoir été exposée étant petite… Une fois adolescente, cela aurait pu m’éviter un fichu bourbier duquel j’ai mis du temps à me dépêtrer, et non sans quelques dommages… Je ne rentrerai pas dans les détails cette fois-ci car mon e-réputation en prendrait un sérieux coup… Mais ce dernier principe aurait pu m’épargner quelques erreurs de parcours.

 

Petites ou grosses bêtises, on peut toujours s’en sortir et tout régler avec bienveillance, à condition que l’on suive de bons principes.

Dizigui donne des clefs simples non seulement à mes enfants pour faire les bons choix, mais aussi, à moi en tant que mère pour les guider dans le bon sens. Je m’en sers comme d’un outil au quotidien pour accompagner leur développement personnel. Je ne pouvais donc pas résister au plaisir de partager avec vous cette trouvaille.

Enfin, pour vous aider à diffuser la magie de ces pépites dans votre propre joyeux foyer, je vous invite à renseigner votre adresse mail ici pour recevoir la fiche mémo.

 

Merci à Hélène pour cet article inspirant qui nous aidera tous à trouver l’harmonie familiale ! Vous pouvez la retrouver sur son blog et sa page Facebook.

> Continuer la lecture avec l’article Accords toltèques : comment les expliquer aux enfants ?


Guide Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

Téléchargez gratuitement le guide

Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

  • Accompagnez le développement de votre enfant de la naissance à 18 mois en suivant les principes de l'éducation positive
  • Des idées de jeux adaptés à chaque âge
  • Nos meilleurs conseils pour chaque tranche d'âge (0-6, 6,12, 12-18)
  • Les 9 erreurs à éviter
Je le veux !

Laisser un commentaire