Bébé allaité

Comment allaiter un bébé prématuré ? Mon expérience

Comme pour notre premier enfant, je voulais allaiter Augustin à sa naissance pendant au moins 6 mois. Mais, l’accouchement ne s’est pas du tout passé comme prévu, ce qui a compliqué l’allaitement. Pour y arriver j’ai dû passer par quelques étapes supplémentaires que je vais vous expliquer.

Un accouchement mouvementé

Juste avant Nöel j’ai perdu les eaux. J’en étais alors à 34 semaines et nous n’étions pas tout à fait prêt. Nous n’avions même pas encore prévenu notre fille de comment cela allait se passer. Heureusement mes parents étaient avec nous pour les fêtes de fin d’année et ils ont pu s’occuper d’elle pendant qu’Antoine et moi étions à l’hôpital.

Je suis tout de suite allée à l’hôpital où les médecins m’ont pris en charge.
Comme le travail n’avait pas commencé, ils m’ont surveillé de près pendant 3 jours. Ils voulaient conserver le bébé dans mon ventre le plus longtemps possible pour qu’il grandisse avant l’accouchement. À 34 semaines il était encore prématuré.
Mais, au bout de quelques jours, ils ont découvert que j’étais infecté par le Streptocoque B.
Normalement la poche des eaux est une “barrière” qui protège le foetus contre les bactéries. Mais dans mon cas, comme elle était rompue, la bactérie aurait pu remonter à travers l’utérus et l’infecter.

L’accouchement a donc été déclenché aussitôt.

Chambre d'hôpital
Photo de Daan Stevens sur Unsplash

Mais, alors que le travail était en cours, le médecin est venu m’annoncer la deuxième mauvaise nouvelle de la journée…
L’échographie montrait que le bébé était positionné par le siège. Ils auraient dû vérifier avant de déclencher l’accouchement…
Un accouchement par le siège semblait trop difficile à ce moment. Le médecin ne pouvait pas non plus tourner le bébé car la poche des eaux était rompue et que j’avais déjà des contractions toutes les 3 minutes.
Nous avons alors décidé d’opter pour une césarienne.

C’était loin d’être l’accouchement dont j’avais rêvé.

Mais heureusement, une fois né, tous ces soucis étaient derrière nous 🙂
Mais une chose me préoccupait encore. Augustin était prématuré et n’avait pas assez de force pour téter. Moi qui voulait tellement l’allaiter, j’étais très déçue car je pensais que je ne pourrais pas.

Heureusement les puéricultrices m’ont tout de suite rassuré.
En suivant quelques étapes, il pourrait très rapidement allaiter comme un bébé né à terme.

Voici les étapes que j’ai suivi pour réussir à allaiter mon bébé prématuré.

En attendant la montée de lait

Tire-lait
Tire-lait

J’ai posé plusieurs fois la question car cela me préoccupait : mon enfant pourrait-il être allaité après avoir été habitué au biberon ?
Pour les puéricultrices il n’y a aucun problème. D’après leur expérience, les bébés nourris au biberon pendant un certain temps peuvent allaiter plus tard.

Par contre, dès la naissance, il faut suivre plusieurs étapes pour déclencher la montée de lait et habituer le nouveau né à prendre le sein.

Pendant les premiers jours, Augustin était nourri 8 fois par jour, c’est à dire toutes les 3 heures.
À chaque fois ou presque (j’essayais de me reposer un maximum la nuit pour me remettre de la césarienne), je commençais par lui donner le sein bien que je n’avais pas encore de lait. Ceci pour l’habituer à téter et activer la montée de lait.
Ensuite, Antoine ou moi lui donnions le biberon. C’est un des avantages de donner le biberon, le papa peut participer !
Puis, une fois terminé, j’utilisais un tire-lait pendant 15 minutes, pour, là encore, activer la montée de lait. Même si au début c’est frustrant car il n’y a pas de lait, c’est une phase très importante pour enclencher le processus.

Astuce 😉
Le fait que le bébé tète stimule la montée de lait. Tirer son lait juste après permet d’en récolter plus !

Au bout de quelques fois, j’ai commencé à voir les premières gouttes de colostrum apparaître. Quand je dis gouttes c’était vraiment cela, nous devions les récupérer à la seringue car il n’y en avait que très peu !
Le colostrum est très riche en protéines et anticorps, c’est pour cela que nous essayions d’en récupérer le maximum pour ensuite l’ajouter au lait que nous donnions à Augustin.

Biberon
Biberon

Allaitement au sein et au biberon

Au fur et à mesure, grâce au tire-lait, je récoltais de plus en plus de lait que nous pouvions donner à notre enfant. Les premiers jours nous étions toujours obligé de compléter avec du lait infantile mais cela n’a pas duré. Comme pour un accouchement naturel, j’ai très vite eu du lait en quantité suffisante (voire même trop !)

Par contre, téter demandais à Augustin beaucoup d’énergie, il n’y arrivait que pendant peu de temps.
C’est pourquoi j’ai continué à lui proposer le sein pendant 5 minutes à chaque tétée puis à passer au biberon car il s’endormait ou s’énervait.

Allaitement au sein uniquement

Lorsque Augustin a dépassé les 3kg, il était déjà allaité presque uniquement au sein.
Presque, car la nuit il était encore de temps en temps trop fatigué et n’arrivait pas à suffisamment téter pour se nourrir. Dans ces cas-là je complétais avec un biberon de lait maternel.

Aujourd’hui, il fait plus de 4kg et exclusivement allaité au sein.

Même avec une césarienne et un bébé prématuré de 6 semaines, il est possible d’allaiter.
J’ai suivi ces quelques étapes pour habituer mon enfant au sein et activer la montée de lait.

J’espère que mon expérience pourra vous aider si vous êtes également dans ce cas.

Est-ce que cela vous est également arrivé ?
Partagez avec nous votre expérience en laissant un commentaire.

 

> Continuer la lecture avec l’article Nouveau né : mes indispensables pour bébé

2 comments

Laisser un commentaire