Voyager en avion

Voyager avec un bébé (ou un enfant) 1/2

Depuis plusieurs années Carole et moi avons l’habitude de voyager. Que ce soit en train, en avion et parfois en voiture nous voyageons plusieurs fois par an. Entre les vacances, les week-end et les visites à nos parents qui habitent à l’autre bout de la France la valise est régulièrement sortie.
Mais depuis que nous sommes parents une sorte de “peur” de voyager s’était emparée de nous. Ce n’était pas vraiment une peur mais plutôt une appréhension de se dire que tout allait être plus compliqué et que c’était peut être trop tôt pour notre fille.

Nous avons réussi à surmonter cette “peur” pour rendre visite à des amis à Chicago au printemps 🙂

Voici notre retour d’expérience sur ce voyage : les choses qu’on a faites, les imprévus, comment nous nous sommes organisés et comment nous nous organiserons la prochaine fois 😉

Ayez toujours les notions clés de l'éducation positive avec vous pour ne plus jamais être perdu face aux réactions de votre enfant !

Grâce à ses 15 fiches pratiques vous apprendrez à sortir du rapport de force, résoudre les conflits, réagir aux colères, trouver des alternatives aux punitions... et bien d'autres choses !

Oui, je les veux !

Voyager avec un bébé ou un enfant, ça se prépare

Alterner entre les visites et les activités dédiées aux enfants

Pour notre premier voyage à l’étranger avec Gabrielle j’ai essayé lors de la préparation des vacances d’alterner entre les visites et les moments plus calme. Avec un enfant le rythme n’est plus le même, il ne peut pas nous suivre pendant des heures à visiter un musée ennuyeux (de son point de vue) ou se balader toute la journée dans une ville.
Un enfant n’est pas un chien qui nous suit sans rien dire, il a ses propres envies et besoins. C’est pourquoi nous devons l’écouter lorsque, à sa manière, il nous dit qu’il en a assez.
Dans ces moments vous pouvez vous arrêter et passer à une activité qui lui plaira plus : un jeu, une activité ludique ou une sieste s’il est fatigué.
Il nous est arrivé une fois alors qu’on faisait un arrêt shopping chez Nike en fin de matinée que Gabrielle se mette à crier et pleurer pendant de longues minutes (le vigile nous regardait d’un air compatissant). Elle manifestait par ces pleurs son ras le bol : le bruit, sa fatigue et le fait qu’on était depuis longtemps dans le magasin était trop pour elle. On s’est mis dans un coin plus tranquille le temps qu’elle se calme puis on est sorti à l’air frais. Cela lui a fait du bien et elle s’est rapidement endormie.

Les enfants n’ont pas la même tolérance que nous au bruit et au monde. Faire des pauses régulières pour les laisser jouer et se défouler.

Impliquer les enfants dans l’organisation

Si votre enfant est plus grand vous pouvez l’inviter à participer à l’organisation du voyage. Il peut, par exemple, trouver des activités qui lui plaisent tout en respectant un budget. Lui donner des objectifs le responsabilisera et lui donnera le sentiment que son avis compte; il n’est plus le bébé qui suit (bien que comme on vient de le voir, l’avis du bébé compte aussi !) mais c’est une personne qui participe au voyage et qui a so mot à dire.

Ralentir le rythme

Lorsqu’on part en vacances, on aime bien voir un maximum de choses. Après tout, ce sera peut être la seule fois qu’on viendra à cet endroit ! Les journées sont bien remplies et le soir on rentre se coucher épuisé.
Mais avec un enfant ce rythme soutenu de visite est difficilement tenable. À moins que ce soit un bébé qui dort dans la poussette ou le porte-bébé il marchera moins vite que vous, il sera fatigué avant vous et aura besoin de se reposer.
Comme nous l’avons dit plus haut, il faut aussi penser à ce qu’il profite lui aussi des vacances, prévoyez quelques activités qui lui feront plaisir !

Que mettre dans la valise ?

Si comme nous vous voyagez en train ou en avion (mais en fait même en voiture on aime voyager léger) il est impossible d’emporter tout ce dont vous aurez besoin sur place.

Emmener l’indispensable et oublier le reste

Lors de notre dernier voyage nous sommes partis 10 jours. Il était impossible d’emmener 10 jours de couches, de lait, de vêtements, etc.
Nous avons dû faire un choix.
Dans ces cas là, ce que nous faisons c’est de prendre le nécessaire pour une journée puis d’acheter sur place pour le reste du séjour.
C’est facile pour les couches, les lingettes et le lait de croissance !
À moins de partir seulement pour le week-end nous faisons tout le temps comme ça.

Les indispensables comprennent aussi le carnet de santé, les éventuels médicaments et une trousse de premiers soins (crème pour les fesses rouges, doliprane, arnigel, etc.)

Et si vous comptez beaucoup marcher et que votre enfant est encore petit n’oubliez pas les classiques poussette et porte-bébé 😉

Prendre un peu de chez vous aussi

Pour que votre enfant se sente un peu comme chez lui pendant le voyage, emmener un peu de chez vous est une bonne idée 🙂
Un peu de chez vous ce n’est pas le mobilier bien sûr mais plutôt son doudou favoris, quelques livres qu’il aime bien et plusieurs jouets avec lesquels il pourra s’amuser le soir en rentrant de votre folle journée !

 

C’est la fin de la 1ère partie de cette série consacrer aux voyages avec un bébé ou un enfant. Après les préparatifs vous retrouverez dans la seconde partie nos conseils une fois sur place !
À la semaine prochaine !

Vous aussi laissez vos habitudes et conseils de voyages en commentaire !

Photo de couverture « Air Canada Airbus A330-300 C-GHKX « Dreams take flight » » par Patrick Cardinal (https://flic.kr/p/drpD3c)


Guide Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

Téléchargez gratuitement le guide

Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

  • Accompagnez le développement de votre enfant de la naissance à 18 mois en suivant les principes de l'éducation positive
  • Des idées de jeux adaptés à chaque âge
  • Nos meilleurs conseils pour chaque tranche d'âge (0-6, 6,12, 12-18)
  • Les 9 erreurs à éviter
Je le veux !

4 comments

  • Alexandra

    NOus avons fait de longs voyages avec nos enfants: FRANCE- États Unis lorsqu’ils avaient 18 mois et 3,5 ans et l’année dernière FRANCE- Chili (8,6 et 2 ans).
    Ce que nous craignions le plus était l’avion. En réalité ça s’est toujours très bien passé. Les enfants ont adoré l’avion, la tele dans l’avion, le repas, la couverture pour dormir… Plus les câlins, les chansons et petits jeux entre nous. Ça été finalement plus facile que 2h de voiture. Nous étions plus dispo pour eux. Sur place, effectivement nous avons réduit notre rythme, comme le préconise Antoine. Le top c’est effectivement de se charger au minimum. Des jeux sans support (ex: Pierre, papier, ciseau, des comptines…). Ces voyages sont graves dans nos mémoires et une fois le stress du voyage passe, nous avons passé d’excellents moments de complicité dans lesquels nous avons appris à nous connaître !

  • Francois-Xavier

    Merci Antoine pour ce premier article inspirant.

    J’aurais beaucoup aimé le lire il y a quelques années lors d’un voyage à Madrid avec nos 2 lapins. Notre plus petit avait alors 1 an et demi et l’aller comme le retour en avion avaient été éprouvants avec des « caprices », des pleurs pendant toute la durée du trajet. Nous étions désemparés par sa réaction et ne savions pas vraiment comment gérer cela.

    A l’époque, nous avions été très gênés par la réaction de certains passagers et leurs commentaires pas très courtois.

    Heureusement, les choses sont complètement différentes aujourd’hui et nous éprouvons beaucoup de compassion lorsqu’un enfant fait un caprice ou pleure dans l’avion plutôt que de râler à notre tour. 🙂

    D’ailleurs notre dernier voyage à Rome, en avril, s’est tellement bien passé que nous avons voulu écrire sur le sujet : http://les-parents-positifs.com/pourquoi-voyager-en-famille-a-rome-et-pas-ailleurs-a-booste-notre-positivite/

    Au plaisir de vous lire et bravo pour votre blog bourré d’astuces.

    • Antoine

      Merci François-Xavier pour ton retour d’expérience. C’est sûr que ce n’est pas évident de devoir gérer les remarques désobligeantes des autres passagers lorsque l’on est soi-même entrain de galérer avec ses enfants dans les transports. Heureusement cela ne nous est pas arrivé.
      Ton article sur les bienfaits des voyages est très instructif et complémentaire de celui-ci 🙂
      À bientôt

Laisser un commentaire