Child photography

Éducation positive : découvrez ses principes et ses bienfaits !

Cet article fait article d’une série sur le thème de l’éducation positive organisé par Jennifer d’Astuces bienveillantes
11 autres blogs y ont participé, la liste de tous les articles est disponible ici

 

L’éducation positive est un terme très à la mode depuis plusieurs années. Nous en parlons d’ailleurs souvent dans les article d’Éduquer différemment.
Mais quels principes se cachent derrière l’éducation positive ? Nous allons tout de suite expliquer ce que nous entendons par là et quels bienfaits nous y voyons.

L’éducation positive c’est le contraire de l’éducation négative ?

Éducation positive, éducation bienveillante, discipline positive ou encore parentalité bienveillante, derrière tous ces termes se cachent la même vision de l’éducation : accompagner son enfant en cherchant son épanouissement et son accomplissement personnel.

Bien sûr il n’y a pas d’éducation négative, l’éducation positive tire son nom du mouvement plus général de la psychologie positive. Elle s’intéresse à la santé, au bien-être et à ce qui rend les gens heureux et optimiste. Elle prône des valeurs comme l’empathie, le respect et l’acceptation (le non jugement) et se base sur la communication.

Selon nous, voici les 4 principaux principes de l’éducation positive :

Les parents parfaits n’existent pas

Un des reproche souvent énoncé contre l’éducation positive est qu’elle prône des parents parfaits, des parents qui ne sont jamais fatigués ni énervés.
De mon point de vue, les personnes qui disent cela n’ont pas compris la base de cette méthode d’éducation. Personne n’est parfait, il est impossible de ne jamais être fatigué ou énervé. Et l’éducation positive ne demande pas cela.

C’est un véritable enfer que d’avoir des enfants et de croire qu’il existe des parents parfaits !
Si à chaque fois que nous sommes moins que parfaits, nous nous faisons des reproches, nos enfants n’en tireront aucun bénéfice.
Marshall Rosenberg

Par contre, crier et s’énerver contre son enfant ne sert à rien. Au contraire, l’enfant risque d’être effrayé et de se braquer ce qui l’amènera à faire l’inverse de ce que l’on souhaiterait (Voir l’article Comment réagir lorsque mon bébé m’énerve)

Il peut arriver de se mettre en colère et de crier, même s’il faudrait l’éviter le plus possible.
Mais l’important n’est pas de ne jamais s’énerver, l’important est de savoir se reconnecter à son enfant lorsque cela arrive. Les cris provoquent des cassures dans la relation parent/enfant. Aller vers son enfant une fois la crise passée et lui expliquer la raison de notre énervement permet de se reconnecter et de rétablir la confiance.

L’éducation n’est pas un combat

Trop souvent on croit que seulement deux solutions existent en matière d’éducation : gagner, ou perdre et avoir un enfant “roi”. Ce qui se traduit par être autoritaire ou permissif. Malheureusement, il a été prouvé qu’aucune de ces deux méthode n’est efficace à long terme.
Les punitions et les récompenses engendrent des enfants craintifs, soumis et même violents (Voir l’article “Pourquoi les récompenses sont néfastes pour nos enfants” et la chronique du livre “Éduquer sans punir”).
Au lieu d’apprendre par envie, les enfants soumis à cette éducation apprennent par obligation… ce n’est pas vraiment les valeurs que l’on souhaite inculquer à nos enfants.

L’éducation positive essaie de montrer une 3ème voie. Pour cela elle sort du rapport de force. Il n’y a plus de gagnant et de perdant mais deux personnes qui coopèrent et qui cherche ensemble des solutions aux conflits (Voir l’article “Résoudre dans la bonne humeur un conflit en 6 étapes !”).

Personne n’impose SA volonté, ni le parent, ni l’enfant.

La discipline positive privilégie les solutions aux punitions. Les solutions sont tournées vers l’avenir et la réparation plutôt que vers le passé comme les punitions qui mettent en avant le fait de “faire payer” la faute commise.
Les punitions entraînent en plus ce que la discipline positive nomme les “4 R” : Rancoeur, Revanche, Rébellion et Retrait.

Utiliser des outils d’éducation adaptés

Ce n’est pas parce que les punitions sont exclues que l’enfant fait “ce qu’il veut”. Utiliser l’éducation positive ce n’est pas être laxiste. Elle aide à trouver d’autres outils d’éducation, des outils mieux adaptés.

L’éducation bienveillante incite à se détourner des récompenses et punitions pour rechercher la raison véritable du comportement jugé inacceptable (Voir l’article “10 alternatives à la punition”)
Les enfants sont comme nous, lorsqu’il sont énervés, crient ou pleurent pour tout et n’importe quoi c’est généralement qu’il y a une raison plus profonde. À nous de la trouver. Au lieu de crier à notre tour, écoutons et apprenons à comprendre d’où viennent ces émotions.

Derrière une réaction inappropriée se cache un besoin.
Isabelle Fillliozat

L’écoute active est un outil efficace pour trouver le besoin qui se cache derrière le comportement inacceptable. Elle implique d’abandonner nos habitudes : juger, encourager, chercher des solutions, etc. pour à la place écouter sans interrompre, éprouver de l’empathie et aider son enfant à trouver ses propres solutions.
Elle aide à comprendre le sentiment caché derrière le message.

Montrer l’exemple

Les neurosciences ont fait d’énormes avancées ces dernières années, elles nous apprennent notamment que les enfants apprennent par mimétisme. On s’en doutait mais c’est maintenant prouvé.

Élevé dans une atmosphère violente où règne les punitions et le contrôle par la force, l’enfant agira de la même manière avec les autres : ses copains, ses collègues puis ses propres enfants.
N’ayant jamais appris à communiquer autrement qu’en imposant son point de vue, il ne saura pas agir différemment.

Est-ce cela que nous voulons ? Pas nous, c’est pour cela que nous essayons d’être des exemples et de faire ce que nous demandons à notre fille (Voir l’article Éduquer, c’est aussi montrer l’exemple).
Mais pour la même raison, cela est difficile pour quelqu’un qui n’a pas lui-même reçu ce type d’éducation d’élever son enfant dans la bienveillance. Nous y compris. Dans les moments de fatigue et de stress il nous arrive de nous emporter et de forcer notre fille à faire quelque chose qu’il n’a pas envie… C’est compréhensible mais ce n’est pas l’exemple que nous voulons lui inculquer.

Pour éviter tous ces moments d’énervement, rien de tel que de prendre soin de soi.
Élever un enfant prend du temps, de l’énergie et nous ne pourrons le faire de façon bienveillante qu’en étant nous-même bien dans notre corps et notre tête.

Pour finir sur l’éducation positive

Selon nous l’éducation positive va dans le sens d’un monde plus juste et harmonieux où le bien-être de chacun est pris en compte, pas seulement du plus fort. Cela semble utopique mais c’est possible.
Malheureusement cela ne se fera pas du jour au lendemain. Passer d’un rapport de force à la bienveillance prend du temps et de l’énergie. Tout commence en se documentant, en suivant des formation et en lisant des livres et des blogs comme Éduquer différemment.
Tout comme nous, vous serez sûrement motivés et enthousiastes puis d’autres jours fatigués, reprenant de mauvaises habitudes… pas parfait en fait. C’est normal mais réessayez et persévérez, ça en vaut la peine.

Vous avez aimé cet article, vous pensez qu’il pourrait intéresser d’autres personnes ?
Partagez le sur Facebook et Twitter ou envoyez le directement aux personnes à qui vous pensez 😉


Photo de couverture « Child photography » par Meg Ashley (https://flic.kr/p/duMEd5)


Guide Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

Téléchargez gratuitement le guide

Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

  • Accompagnez le développement de votre enfant de la naissance à 18 mois en suivant les principes de l'éducation positive
  • Des idées de jeux adaptés à chaque âge
  • Nos meilleurs conseils pour chaque tranche d'âge (0-6, 6,12, 12-18)
  • Les 9 erreurs à éviter
Je le veux !

1 comment

Laisser un commentaire