Obtenir la coopération de son enfant - Interview de Charlotte Ducharme

[Vidéo] Obtenir la coopération de son enfant : les conseils de Charlotte Ducharme

Obtenir la coopération de son enfant est une des difficultés que chaque parent rencontre au moins une fois par jour (voire bien plus souvent !)
S’habiller, mettre son manteau avant de sortir, se brosser les dents, manger des légumes, prendre le bain… Voici quelques situations qui peuvent vite devenir conflictuelles.

Si votre enfant n’a pas envie de faire ce que vous lui demandez, comment l’inciter à coopérer ?

C’est ce que nous allons voir dans cette vidéo. Pour cela j’ai fait appel à Charlotte Ducharme, l’auteur du blog et du livre Cool Parents make Happy Kids. Elle donne de nombreux conseils pour obtenir la coopération de votre enfant et pour ne pas tomber dans la rapport de force.

Ayez toujours les notions clés de l'éducation positive avec vous pour ne plus jamais être perdu face aux réactions de votre enfant !

Grâce à ses 15 fiches pratiques vous apprendrez à sortir du rapport de force, résoudre les conflits, réagir aux colères, trouver des alternatives aux punitions... et bien d'autres choses !

Oui, je les veux !

Charlotte Ducharme répond notamment aux questions :

  • Pourquoi le rapport de force ne permet pas de transmettre les valeurs comme le respect, la tolérance et la  générosité ?
  • Comment obtenir la coopération de son enfant ?
  • Par où commencer lorsque l’on découvre l’éducation positive ?

On en parle dans la vidéo

 

Que pensez-vous de cette vidéo ?
Laissez-nous votre avis en commentaire ! Nous le lirons avec plaisir 🙂

Vous avez aimé cette vidéo ?
Abonnez-vous à la chaîne YouTube pour n’en manquez aucune !

 

Vous pouvez également écouter cette vidéo en podcast !

 

Ou lire la transcription texte

Comment inciter nos enfants à coopérer ?

C’est une des difficultés rencontrées par les parents.
Pour nous aider à répondre à cela, je suis avec Charlotte Ducharme, auteur du blog et du livre Cool Parents Make Happy Kids.

Bonjour Charlotte. Bonjour Antoine.

Alors ton livre, Cool Parents Make Happy Kids a pour but de rendre l’éducation positive accessible à tous, et pour cela il donne de nombreux conseils sur comment comprendre les besoins de l’enfant, le responsabiliser, l’encourager.
Pour l’écrire tu t’es basé sur des situations tu as réellement vécu et, du coup, tu donnes des exemples vraiment très concrets sur comment réagir dans tel ou tel cas. Il est très intéressant.

Mais avant de parler de cela, je vous invite, si vous ne l’avez pas encore fait, à télécharger notre guide « Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape« .
Et pour ne rater aucune de nos prochaines vidéos, abonnez-vous à notre chaîne YouTube !

Antoine
Donc comme je le disais, Charlotte, tu es l’auteur du blog et du livre Cool Parents Make Happy Kids.
Sur ton blog et dans ce livre tu parles de ton expérience de maman de deux enfants qui applique l’éducation positive au quotidien.

Charlotte
Oui, l’objectif était de faire quelque chose un peu différent et d’essayer de transmettre aux parents mon ressenti par rapport à une situation. C’est vrai que j’ai une certaine empathie envers les enfants et donc d’essayer de leur transmettre ça plutôt que d’exprimer des méthodes. Je pars de situations et je me dis « sur cette situation pourquoi ça n’a pas fonctionné ?« , « pourquoi dans une autre situation ça fonctionne ? »

Vraiment partir du concret pour essayer de prendre du recul.

Antoine
C’est vrai que dans les autres livres c’est souvent de la théorie qu’on a parfois du mal à appliquer, toi, tu pars de ton expérience et tu expliques comment tu fais chez toi au quotidien pour pour appliquer l’éducation positive.

Charlotte
Voilà, l’objectif n’est pas de dicter des règles mais d’être dans l’inspiration.

Soumission ou respect ?

Antoine
Donc à propos de ça, à propos de l’éducation positive, il y a de nombreuses personnes qui pensent que si on n’est pas autoritaire, on laisse tout faire à son enfant et donc qu’on est laxiste.
Bien sûr cela est faux, il y a d’autres méthodes pour cela.

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le début de ton livre où tu expliques en quoi le rapport de force ne permet pas de transmettre les valeurs qu’à peu près tous les parents ont envie de transmettre : respect, bienveillance, générosité.
Et surtout tu expliques que l’enfant ne retient pas pourquoi il a été puni mais qu’il retient juste le fait qu’il a été puni et que ce n’est pas juste et cela le met en colère contre le parent qui l’a puni.

Tu expliques une des expériences que tu as fait avec ta fille où dans un premier cas tu l’as puni ta fille et tu as vu le résultat. Puis dans une autre situation, tu as utilisé l’éducation bienveillante.
Et tu as vu une grosse différence entre les deux.

Charlotte
Oui, je fais des tests sur mes enfants !

En effet, quand on est dans un rapport de force avec notre enfant, souvent l’objectif n’est pas tant de transmettre des valeurs à notre enfant mais plutôt qu’il nous obéisse, qu’il nous respecte, qu’il nous écoute.
Et c’est souvent ça qu’on a plus en tête que l’éducation.
Par exemple, pour qu’il nous obéisse, qu’il nous écoute, qu’il aide et fasse ce qu’on lui demande, on peut avoir recourt à la punition. À ce moment là, on va dire à notre enfant « si tu fais ça tu es punis« . Notre enfant va comprendre que s’il fait ça il est puni. Donc on va essayer de le dissuader de faire ça par peur de la punition.

Mais est-ce cela que l’on veut pour notre enfant ?

Est-ce que une fois adulte, on veut qu’il ne se gare pas sur les pistes cyclables de peur de la contravention ou est-ce qu’on veut qu’il ne se gare pas sur les pistes cyclables de peur de gêner les cyclistes ?

Transmettre des valeurs à notre enfant, ce n’est pas par la peur de la sanction ou par le « bah
tu fais ça parce que c’est comme ça et parce je te l’ai demandé« .
Parce que si on demande à notre enfant d’obéir simplement, une fois qu’on est plus là comment est-ce qu’il va savoir ce qu’il est bien de faire et ce qu’il n’est pas bien de faire ? Si ce n’est pas des valeurs qu’il a vraiment intégré au fond de lui, il ne le saura.

Et c’est vrai que souvent quand on est dans un rapport de force c’est souvent ça qui nous met dans une situation pas commode. On s’impose à notre enfant, ou on oublie un peu la valeur qu’il y a derrière et on veut juste qu’il nous obéisse.

C’est plus de la soumission que du respect.

Parce qu’en fait, les personnes que l’on respecte sont des personnes qui nous respectent également, avec qui il y a une certaine confiance et ce ne sont pas des personnes que l’on craint, ce ne sont pas des personnes que l’on respecte parce qu’il faut faire ce qu’elles nous demandent sinon elles vont nous gronder.
Ce n’est pas cela le respect.

Antoine
On le voit bien à l’école par exemple, il y a des instituteurs que l’on n’aime plus ou moins, que l’on respecte plus ou moins. Ceux que l’on respecte le plus, ceux ne sont pas forcément ceux qui sont le plus sévères ou qui donnent des punitions mais au contraire ceux qui vont être le plus à l’écoute des élèves et qui ont le plus d’empathie et d’écoute et c’est vers eux que l’on va être le plus attiré et que l’on va préférer.

Charlotte
Exactement, ceux qui nous comprennent. Tout à fait.

Obtenir la coopération de l’enfant

Antoine
Pour revenir au sujet principal de la vidéo, à la difficulté que, je pense énormément de parents rencontrent, obtenir la coopération des enfants.
Cela passe par l’écoute, le respect, ce que tu viens de dire…

Et en fait, en tant que parent il y a énormément de situations où on a envie que notre enfant fasse ce qu’on lui demande, par exemple mettre son manteau avant de sortir, se brosser les dents, manger des légumes, aller prendre le bain, etc.
Il y a énormément de situations dans la vie de tous les jours et ce sont des situations qui peuvent vite mener au conflit, où chacun campe sur ses positions : « Fait ci ! Non, je veux pas ! Si vas-y fais-le parce que j’ai envie que tu le fasses ! » Cela peut vite mener à des cris et à des conflits.

Dans ton livre tu donnes plusieurs solutions pour éviter cela et passer toutes ces situations conflictuelles en douceur.

Charlotte
Voilà exactement !

Après bien sûr, on ne fera pas tout parfaitement et toutes les situations ne pourront pas à 100% être résolues facilement.

Mais déjà la première chose, c’est de se rendre compte que notre enfant ne fait pas ça pour nous embêter.
En fait, souvent, on commence à être agacé parce que cela fait 15 fois qu’on lui demande, il ne le fait pas, il ne nous respecte pas, il ne nous écoute pas, il fait ça exprès pour nous embêter.
Alors que l’enfant est dans son monde. Surtout le petit.
Souvent ils sont complètement absorbés par l’instant présent et c’est juste que ils ne mettent pas leurs chaussures parce qu’ils adorent ce qu’ils en train de faire, qu’ils pensent à autre chose et ce n’est pas pour embêter le parent.

Et c’est vraiment bien, parce que, eux, profitent davantage du moment présent que nous. Donc c’est une super chose ! Nous, on fait pleins de choses pour profiter : la méditation, des trucs… eux c’est naturel.
Donc c’est super.

Et puis aussi parce que l’enfant ne voit, souvent, pas le sens de ce qu’on lui demande.
Pour nous c’est une évidence de se brosser les dents, c’est pour ne pas avoir de caries mais notre enfant, lui, son cerveau rationnel est quand même beaucoup moins développé que le nôtre et donc l’enfant de 2 ans va avoir du mal à comprendre l’histoire de la carie. Donc ça va être plus difficile pour lui.

Et donc là on a trois choix :
soit on impose : on lui dit « Tu te brosses les dents, c’est comme ça et c’est pas autrement« ,
soit on lui explique mais il y a peu de chance qu’a deux ans il comprenne le sens,
soit on trouve d’autres alternatives

Antoine
En plus, pour la carie ce n’est pas comme si tu ne te brosses pas les dents un soir et le lendemain tu as une carie et ça te fait mal aux dents. Elle met beaucoup plus de temps à arriver. Du coup, l’enfant ne voit pas l’effet instantané entre Je ne me suis pas brossé les dents et j’ai une carie six mois après.

Charlotte
Exactement !

Autant pour le manteau ça va être beaucoup plus simple. Le manteau souvent les enfants ne le mette pas à l’intérieur, simplement parce qu’ils ont chaud à l’intérieur.
C’est quelque chose, moi j’ai toujours pris le manteau sous le bras et puis une fois dehors, s’ils ont froid ils le mettent. Personne n’a envie d’avoir froid.
Autant la carie c’est plus compliqué !

Et donc là, je vais vous donner un truc qui fonctionne pour moi et qui fonctionne le mieux avec les petits enfants.
Je vous avoue qu’il faut aussi être en forme en tant que parent, donc c’est important de prendre soin de soi pour trouver la force et l’énergie de réagir positivement.

C’est le jeu.

Le jeu

Pour le brossage de dents, nous, en ce moment c’est le jeu du cirque à la maison. Donc on dit « Allez, attention mesdames et messieurs ! Aujourd’hui c’est le grand jeu du cirque on va se brosser les dents en équilibre ! »
Je me mets à genou, ils se mettent debout sur mes cuisses et puis je dis « Attention sans les mains il va réussir ! À droite, à gauche… »
Ils sont trop contents. Je finis par des applaudissements, on salue. En plus je les entraîné à faire le spectacle.
Et donc bien sûr ça va beaucoup plus les amuser de se brosser les dents.

Pour les petits, le jeu c’est une des astuces qui fonctionne super bien.

Antoine
Donc, d’abord tu dis : il faut arrêter de croire que nos enfants veulent nous embêter et qu’ils nous en veuillent et qu’ils ne veulent pas faire ce qu’on leur dit pour pour nous embêter.

Charlotte
Oui, je fais juste une parenthèse là-dessus, ça peut arriver si on est déjà dans un rapport de force avec notre enfant. C’est à dire, si on s’est imposé à lui en disant « Maintenant j’en ai marre ça suffit tu fais ce que je te demande« , lui peut aussi être sur la défensive et se braquer, et ne plus vouloir le faire et rentrer dans ce rapport de force qu’on a nous même entamé.

Mais généralement l’enfant est juste entrain de faire autre chose, il ne fait pas cela pour nous embêter.

Antoine
Ok, donc premièrement, ne pas penser cela sauf si on a déjà commencé à rentrer dans le rapport de force mais là c’est plutôt une erreur de notre part et donc vaut mieux essayer de revenir en arrière pour réintroduire une autre façon de faire.

Penser que les enfants sont dans le moment présent et qu’ils ne pensent pas à l’avenir. Donc les prévenir à l’avance que ça va être le repas ou qu’on va sortir, que ça va être l’heure de l’école, ne pas leur dire tout de suite, au moment où on doit y aller.

Charlotte
Oui et pardon, je vais rajouter, je rebondi sur ce que tu dis.
Exactement, les prévenir c’est clair. C’est hyper intéressant.

S’intéresser à l’activité de l’enfant

Ce qui marche aussi, c’est de s’intéresser à leurs activités. Par exemple, quand ils sont entrain de faire une construction et que c’est le moment de passer à table. Si on les rejoint et que l’on commence à s’intéresser à ce qu’ils font, déjà on va comprendre qu’il est entrain de faire une construction donc c’est vrai, il a peut-être envie de la finir car, il lui reste 3 morceaux à placer avant de passer à table.
Et lui va sentir que l’on s’intéresse à lui et que l’on n’est pas juste là entrain de lui dire « fais ci, fais ça« , etc.
Et ensuite le passage à table va beaucoup mieux se passer.

Antoine
Pour rebondir sur ce que tu viens de dire, j’ai remarqué avec notre fille, des fois, il suffit de jouer juste cinq minutes avec elle. Si on lui dit maintenant « Voilà c’est l’heure de manger, viens avec nous« , elle n’a pas envie.
Par contre, il suffit d’aller avec elle, comme tu dis 5 minutes, de jouer et cinq minutes plus tard on lui dit « On va manger maintenant, c’est le moment, j’ai faim » et hop elle va nous suivre tout naturellement. Pas besoin de passer une demi-heure avec elle, cinq petites minutes suffisent.

Le fait de s’intéresser à ce qu’elle fait, de jouer un petit peu avec elle.
Et voilà !

Donc tu disais également aussi de prendre soin de soi parce que c’est important d’être bien soi-même pour pouvoir s’occuper de ses enfants.
Si on est fatigué ou énervé, forcément, on va être plus stressé et moins disposé à s’occuper d’eux et à entendre leurs problèmes ou le fait qu’ils n’aient pas envie de faire ce qu’on a envie qu’ils fassent.

Est-ce que tu as d’autres astuces pour le manteau ? Enfin, le manteau tu as dis, donc, prendre le manteau avec soi pour sortir et qu’on va être dehors il va s’apercevoir qu’il fait froid et du coup il va de lui même le mettre.

Pour les dents, donc le jeu.

Est ce que tu as d’autres astuces comme ça ?

Enjoliver la prochaine étape

Charlotte
On peut aussi toujours cherché à enjoliver la prochaine étape.
Par exemple si c’est le moment de prendre le bain, on peut par exemple dire « Allez c’est parti, bain surprise, tu verras il y a plein de mousse. On se dépêche avant qu’il n’y ait plu de mousse ! » par exemple.
Ou si c’est pour sortir du bain ça va être « Allez on sort du bain comme ça on va avoir le temps pour lire une grande histoire ! »
Donc essayer de trouver des motivations qui l’intéresse pour faire passer cette contrainte entre guillemets avec le bon côté des choses.

Antoine
Voilà, donc le but c’est de s’intéresser à son enfant et de le motiver à faire ce qu’on a envie. Si c’est une corvée, il ne va pas avoir envie de vous écouter et de faire ce qu’on lui demande. Donc essayez de mettre de l’entrain et de la joie dans ce qu’on fait.

Charlotte
Après c’est sûr que ce n’est pas toujours évident les jours où on est fatigué. C’est pour cela que c’est important d’être un peu égoïste entre guillemets et de donner de l’importance à son bien-être. Au bien-être de l’enfant mais aussi à son propre bien-être et parfois de se dire « Peut-être que je vais confier mon enfant pour me reposer un peu, peut-être que je vais faire une activité, du sport ou un truc… pour pouvoir être bien »

Antoine
Surtout ne pas culpabiliser de ne pas être le parent parfait qu’on aimerait. Personne n’est parfait, c’est normal.

Charlotte
Non !

Antoine
On a tous des coups de moins bien, des moments où on est fatigué, on a moins envie de s’occuper de ses enfants, et du coup, dans ces cas là, ne pas hésiter à le confier et à prendre soin de soi pour repartir de plus belle et être de nouveau bien.

Charlotte
Exactement, tout à fait.

Par où commencer lorsque l’on découvre l’éducation positive ?

Antoine
On entend beaucoup parler de l’éducation positive en ce moment, c’est vraiment ce qui arrive en matière d’éducation, il y a de nombreux auteurs qui en parlent. Certains parents essaient de se mettre à l’éducation positive mais ont du mal ou essaie une fois et comme ça marche pas du premier coup, ils abandonnent pour revenir à ce qu’ils connaissent.

Quels conseils tu pourrais donner à ses parents qui ont envie de se mettre à l’éducation positive mais qui ne savent pas par où commencer ou qui ont essayé mais qui n’y arrivent pas ?

Charlotte
Alors, ce qu’il faut savoir c’est que ce n’est pas magique en effet, et on ne va pas changer en un jour.
Ce qui est important, c’est surtout de faire des petits pas et de se dire que c’est comme tout : si on veut progresser dans notre carrière il faut y passer du temps, si on veut progresser dans notre couple, aussi, et avec notre enfant aussi. Donc, il va falloir y passer du temps, de l’énergie, tester des nouvelles choses, se tromper, continuer, avancer et ne pas s’attendre à un résultat tout de suite. Mais tenter de nouvelles choses chaque jour ou chaque semaine.

Donc pour ça, il y a des livres c’est intéressant, il y a des formations, des ateliers

Globalement, c’est sûr que si on regarde juste une vidéo ou un article, ça va être compliqué de changer du jour au lendemain. Il va falloir y passer un peu de temps.
Mais ce qui est certain, c’est que plus on y passe de temps, plus les choses s’améliorent.

Merci Charlotte pour tous ces conseils et merci à vous d’avoir regardé cette vidéo.

Si vous voulez en savoir plus vous pouvez vous rendre sur le blog de Charlotte, Cool Parents Make Happy Kids.

Je vous rappelle que vous pouvez télécharger notre guide « Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape » pour tout connaître du développement de votre bébé entre 0 et 18 mois.
Et bien sûr pour ne manquer aucune de nos prochaines vidéos abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

Merci à toi Charlotte, et à bientôt sur Éduquer différemment et Cool Parents Make Happy Kids.


Guide Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

Téléchargez gratuitement le guide

Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

  • Accompagnez le développement de votre enfant de la naissance à 18 mois en suivant les principes de l'éducation positive
  • Des idées de jeux adaptés à chaque âge
  • Nos meilleurs conseils pour chaque tranche d'âge (0-6, 6,12, 12-18)
  • Les 9 erreurs à éviter
Je le veux !

Laisser un commentaire