Déborah, éducatrice de jeunes enfants

Interview de Déborah, éducatrice de jeunes enfants : La pédagogie Montessori

Cette semaine, nous avons eu la chance d’interviewer Déborah, éducatrice de jeunes enfants (EJE). Elle a travaillé pendant plusieurs années au sein d’un Jardin d’enfants Montessori. Nous lui avons posé des questions sur la pédagogie Montessori qui a une approche complètement différente de ce que l’on a l’habitude de voir dans l’éducation française.
En quoi consiste la pédagogie Montessori, en quoi diffère-t-elle de l’éducation publique qui est instruite à l’école, peut-elle être mise en pratique à la maison, etc.
Déborah va nous aider à y voir plus clair 🙂

Entretien avec Déborah, éducatrice de jeunes enfants (EJE) à propos de la pédagogie Montessori

Carole & AntoineBonjour Déborah, peux-tu te présenter à nos lecteurs

Déborah : Passionnée par l’éducation depuis… mes quinze ans! Je m’intéresse particulièrement aux pédagogies alternatives et aux apprentissages autonomes, dans le cadre d’un accompagnement bienveillant.
Je suis la maman de Titouan (21 mois)!

Carole & AntoineQuel est ton parcours professionnel ?

Déborah : Je suis éducatrice de jeunes enfants (EJE) depuis 2007. Lors de cette formation, j’ai pu faire de jolies rencontres et des stages fort passionnants (Jardin d’enfants Steiner-Waldorf ou une crèche Loczy par exemple). J’ai ensuite travaillé six belles années dans un Jardin d’enfants Montessori en tant que référente pédagogique de la « Communauté enfantine ». Une formidable expérience!
Aujourd’hui je suis maman au foyer et j’adore :). Je suis aussi animatrice Faber et Mazlish.

Carole & AntoinePeux-tu nous expliquer en quelques phrases en quoi consiste la pédagogie Montessori ?

Déborah : Née en 1870 en Italie, Maria Montessori devient la première femme médecin. Elle se passionne pour l’éducation des enfants et les observe longuement. Elle s’aperçoit que ces derniers évoluent par périodes sensibles. C’est-à-dire que pendant un temps donné (qui n’arrive pas au même moment selon les enfants), il y a des phases d’intérêt accru pour tel ou tel domaine. Comme une éponge, l’enfant absorbe tout ce qu’il voit, entend ou touche.

Maria Montessori
Maria Montessori

Elle s’aperçoit aussi que c’est dans la joie, la confiance et l’enthousiasme que l’apprentissage se fait le plus durable. Elle crée alors un matériel sensoriel et concret, dit « scientifique ».
L’adulte éducateur devra alors observer de façon assidue et bienveillante chaque enfant pour pouvoir lui fournir des outils d’apprentissage en adéquation avec son évolution.
Dans une classe Montessori, le matériel est installé à hauteur et à vue des enfants. Il est rangé par catégorie (vie pratique, vie sensorielle, langage, mathématiques, botanique, histoire, etc.), et dans un ordre précis. Tout d’abord, l’éducateur observe et présente le matériel qui correspond au besoin de chaque enfant. Dans un second temps, c’est l’enfant, seul, qui reprend ce même matériel autant de temps et de fois qu’il le souhaite. Chaque matériel est unique et auto-correctif. Ce dernier point permet une autonomie dans les apprentissages.
En une phrase, la pédagogie Montessori pourrait se résumer à: « Aide-moi à faire seul » 🙂

Carole & AntoineComment l’appliques-tu au quotidien avec ton fils ?

Déborah : Au quotidien, la pédagogie Montessori peut rarement s’appliquer telle quelle.

Pourquoi? Parce que Maria Montessori a conçu un matériel spécifique destiné à un groupe classe. Rien à voir avec la maison donc 😉 ! Rien à voir non plus avec un si jeune enfant! Par contre, on peut inviter cette jolie philosophie à la maison 😉 !
Le respect, la confiance et la bienveillance sont des points essentiels.
L’état d’esprit Montessori réside surtout dans le fait de respecter le rythme et le caractère de son enfant (tout en veillant à ne surtout pas lui coller d’étiquettes!), lui faire confiance et lui laisser le choix.

Porte-manteau pour enfant
Un porte-manteau adapté à la taille de l’enfant lui permet d’être autonome pour prendre et accrocher ses vêtements.

Enfin, une maison qui s’inspire de la pensée de Maria Montessori est adaptée à l’enfant et sécurisée de façon à offrir à son enfant des occasions d’exercer son autonomie. On pensera par exemple à une tour d’observation, un lit au sol ou encore des meubles bas.
Chez nous, chaque pièce est pensée pour que notre garçon se sente acteur : petite chaise et porte-manteau à sa hauteur dans l’entrée, étagères basses dans notre salon, marche-pied dans la salle de bain, tour d’observation, lit au sol, etc.
Je lui donne des choix, je lui laisse le temps d’essayer, je l’encourage, je ne pointe jamais ses « erreurs », je lui fais confiance.
L’ambiance a également son importance pour susciter la concentration. J’essaie de proposer à Titouan une ambiance sereine avec un nombre de jouets suffisant (ni trop, ni pas assez) et avec comme devise : « Chaque chose à sa place, une place pour chaque chose ».
Je lui propose aussi régulièrement des activités qui s’inspirent de la pédagogie et de l’esprit Montessori.
Mais si la philosophie de Maria Montessori a une grande place dans nos vies, elle n’est absolument pas la seule! J’essaie de marier d’autres pédagogies (Reggio, Steiner-Waldorf, Mason, Decroly, Freinet, etc.) qui me parlent elles aussi et qui apportent d’autres choses: imagination, créativité, liberté dans le jeu, etc.

Carole & AntoinePourquoi l’autonomie est-elle si importante ?

Déborah : Pour que le jeune enfant ait envie de faire seul, il faut que son lien d’attachement soit secure. Pour cela, il est nécessaire qu’il passe beaucoup de temps auprès de sa (ou ses) figure(s) d’attachement. Plus un enfant sera materné, plus il aura profondément envie d’aller à la rencontre du monde et de devenir autonome.
Mais j’imagine que la question concerne plutôt uniquement l’autonomie physique, celle où l’enfant peut agir par lui-même, pour lui-même 😉
L’autonomie lui permet de se sentir acteur et responsable, confiant en ses capacités. C’est un premier pas essentiel vers la liberté.

Carole & AntoineTu t’es occupée d’enfants de 2 à 6 ans . Que leur apporte cette pédagogie ?

Déborah : Beaucoup de choses positives! Ce sont des enfants qui, pour la grande majorité et dans la plupart des cas, sont autonomes et savent se débrouiller, s’adapter. Ce sont bien souvent des enfants curieux, ayant envie de comprendre et de connaître. Le fait qu’ils puissent eux-même choisir leur matériel et évaluer combien de temps s’y pencher, les rends acteurs et confiants dans leurs apprentissages.

Enfant sur son marchepied
Grâce au marchepied l’enfant peut accéder seul au lavabo pour se laver les mains

Carole & AntoineQuelles sont les principales différences avec l’école classique ?

Déborah : L’école traditionnelle tend à changer de plus en plus et essaie de tenir compte de la particularité des élèves.
Toutefois, cette école traditionnelle à laquelle on pense existe encore. Les principales différences résident en plusieurs points :

  • la place de l’éducateur,
  • la vision de l’enfant,
  • le respect du rythme et des différences de chacun,
  • des apprentissages personnalisés,
  • un matériel spécifique.

Dans une école classique, l’enseignant est au centre de la classe. Il « enseigne » et les élèves écoutent. L’enseignant doit respecter un programme et ne peut pas toujours se pencher sur les particularités de chacun. Tous les élèves étudient la même matière au même moment.
Dans une école Montessori, chaque enfant travaille sur un matériel différent et l’éducateur (et l’assistant) observe, présente, accompagne, chaque enfant, individuellement.
L’enfant n’est pas perçu comme un vase vide à remplir et il est respecté dans ses spécificités.

Carole & AntoineAs-tu quelques conseils à donner à nos lecteurs qui souhaitent l’appliquer chez eux.

Déborah : Avant toute chose: lire! Lire des ouvrages de Maria Montessori! L’enfant et L’esprit absorbant de l’enfant sont deux classiques pour commencer 🙂
« Montessori à la maison » c’est avant-tout un état d’esprit 🙂
Il s’agira ensuite d’observer son enfant et d’être à son écoute. C’est essentiel. Parce que cela nous amène à prendre le temps, à lâcher-prise et à mieux connaître son enfant.
Puis, en adaptant l’environnement et en se faisant confiance 🙂

Inutile de se mettre la pression, tout viendra quand ce sera le moment 🙂 !

Carole & Antoine : Merci Déborah pour toutes ses explications très claires sur l’état d’esprit Montessori !

 

> Continuer la lecture avec l’article Vivre la pensée Montessori à la maison

Pour aller plus loin dans l’apprentissage de la pédagogie Montessori, vous pouvez lire les deux ouvrages que conseille Déborah :


Guide Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

Téléchargez gratuitement le guide

Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape

  • Accompagnez le développement de votre enfant de la naissance à 18 mois en suivant les principes de l'éducation positive
  • Des idées de jeux adaptés à chaque âge
  • Nos meilleurs conseils pour chaque tranche d'âge (0-6, 6,12, 12-18)
  • Les 9 erreurs à éviter
Je le veux !

5 comments

  • Déborah

    Bonjour Magali,
    je prends enfin le temps de vous répondre!
    Plusieurs signes peuvent indiquer qu’il s’agit d’une « bonne » école Montessori.
    Tout d’abord, le lieu et l’ambiance. Comment se sent-on lorsque l’on visite l’école pour la première fois? Les enfants vous paraissent-ils être « comme chez eux »?
    Il y a ensuite le matériel. Tout le matériel pédagogique correspondant à la tranche d’âge concernée devrait être présent et de qualité (Nienhuis par exemple).
    Mais il y a avant tout l’équipe pédagogique. C’est elle qui fera que l’école sera agréable à vivre, que les enfants et leurs parents se sentiront en confiance. Il n’y a pas de pédagogie sans pédagogue de qualité.
    Le seul signe qui ne vous trompera pas c’est « Comment je me sens? », « Est-ce que j’imagine mon enfant heureux ici? ».

    Je profite de cette réponse pour répondre également en quelques mots à Alexandra.
    Beaucoup de parents ont envie, je cite, de « faire du Montessori à la maison ». Je souhaitais mettre en garde contre cette mode « Montessori » et rappeler que cette pédagogie, aussi formidable soit elle, n’est rien sans une vision bienveillante et positive de l’enfant :).
    Il existe, bien entendu, tout un tas d’activités à proposer ou à adapter à son enfant.

    Bonne journée Magali, Alexandra, Carole et Antoine!

    • Magali

      Bonjour Déborah,

      Merci pour votre réponse ! L’ambiance du lieu, le matériel, le contact avec l’équipe pédagogique… je garde cela précieusement en tête 🙂

      Belle journée,
      Magali

  • Magali

    Bonjour Carole et Antoine,

    Merci pour cette interview, c’est intéressant et rare d’avoir le regard d’une personne qui a vécu la pédagogie Montessori de l’intérieur, au quotidien, pendant plusieurs années.

    Je me pose une question : en lisant des retours d’expérience de parents qui ont inscrit leurs enfants dans des écoles Montessori en France, ceux-ci sont partagés, la moitié satisfaits, l’autre moitié ayant le sentiment que leurs enfants étaient livrés à eux-mêmes et encadrés par des éducateurs manquant d’expérience. Qu’en pense Déborah ? Quels sont les signes pour reconnaître une bonne école Montessori, qui fonctionne réellement comme elle le décrit dans l’interview ?

    Magali.

  • Alexandra

    Bonjour Antoine, Carole et Deborah,
    Merci pour cet article. Je suis également formée à la pédagogie de Maria Montessori. C’est époustouflant la façon dont les apprentissages s’emboitent les uns aux autres. En procédant étape par étape et en ajoutant une difficulté à chaque fois, les difficultés n’en sont plus.
    Pour les enfants de moins de 6 ans, il y a beaucoup d’activités pratiques que nous pouvons réaliser à la maison (versets, tris de boutons, laver une table…).
    Il existe plein de livres inspirants sur le sujet.
    Belles activités Montessori !

Laisser un commentaire